La métatarsalgie centrale


Origine

Un déséquilibre de l'appui plantaire crée une surcharge de poids sous le 2ème et/ou 3èùe orteil. Initialement apparaît une callosité ou hyperkératose. Ensuite, les articulations trop sollicitées s'enflamment créant une véritable «arthrite métatarso-phalangienne». Prédominant sous le 2ème orteil, il peut porter le nom de syndrome du 2ème rayon.

L'arthrite chronique détruit les ligaments et la plaque plantaire avec déviation latérale et/ou luxation de la phalange et de l'orteil.

 

Métatarsalgie-début

 

Prévention

Porter, de préférence, des chaussures larges et confortables avec des semelles amortissantes en crêpe, mousse ou caoutchouc. Éviter les hauts talons. Assurer une bonne souplesse des muscles du mollet.

Les semelles orthopédiques sont le premier traitement. Elles ne corrigent pas les déformations mais peuvent les prévenir et apporter un soulagement appréciable.

 

Métatarsalgie-2 Métatarsalgie-3

 

Les étirements des muscles du mollet peuvent aussi être très utiles.

L'inflammation articulaire fait dévier l'orteil et peut rompre la plaque plantaire. L'orteil se déforme en marteau, peut chevaucher son voisin et se luxer.

 

Assemblé

 

Quand et comment opérer ?

Envisager l'opération si le pied fait mal régulièrement et si vos activités sont limitées. La douleur est l'indication principale de la chirurgie. Lorsque la plante du pied fait mal et les orteils se déforment , il faut prendre un avis chirurgical.

 

 

Opération

Plusieurs techniques sont proposées selon l'avancée de la maladie.

  • Ostéotomie métatarsienne : les os longs du pied sont coupés pour diminuer leur longueur.

  • Transfert tendineux ou réparation de la plaque plantaire.

  • Arthrodèse ou fusion de l'articulation de l'orteil.

Chaque pied est différent et mérite une technique propre. Parlez-en au chirurgien.

 

 

La convalescence

  • 4 semaines avec la chaussure orthopédique suivies de 2 mois avec une chaussure de sport

  • le pied reste gonflé de 2 à 3 mois, cela dépend de l'âge, de la circulation veineuse et de l'ampleur de la chirurgie

  • arrêt de travail assis : 2 à 3 semaines

  • arrêt de travail debout : 2 à 3 mois

  • 4 à 6 semaines sans conduire

  • arrêt sportif de 3 mois

 

 

Complications possibles

Liste non exhaustive

  • Infection : une bactérie entre dans le pied pour donner des rougeurs, des gonflements, de la température et des douleurs pulsatives rebelles.

    • Prévention : pieds propres et antibiotiques que nous administrons pendant l'opération

  • La phlébite : un caillot de sang se forme dans une veine et peut provoquer un gonflement de jambe voire même une embolie pulmonaire.

    • Prévention : boire beaucoup, bouger les pieds, surélévation du pied, héparine

  • Algodystrophie : une réaction des nerfs périphériques «autonomes», que vous ne contrôlez pas. Cela provoque douleur, gonflement et raideur pendant de nombreux mois. Cette complication est souvent liée à une contrariété, une grande nervosité, de fortes douleurs...

    • Prévention : toujours se faire opérer quand «votre ciel est bleu» et bien prendre vos antidouleurs

  • Lésion neurologique : un nerf peut être lésé par le garrot ou l'intervention et laisser une séquelle sensitive ou motrice. C'est exceptionnel.

Soulagement incomplet et récidive si la maladie est très avancée.

Une ré-intervention est toujours possible. Toujours consulter devant une douleur inhabituelle et rebelle.

 

 

Techniques chirurgicales

Raccourcissement des métatarsiens

  • Technique percutanée : DMMO : distal metatarsal minimal osteotomy

La marche immédiate permet une consolidation naturelle avec rééquilibrage de l'appui par recul et élévation du fragment distal.

 

Métatarsalgie-6

 

  • Technique ouverte : ostéotomie de Weil

Des libérations articulaires et tendineuses accompagnent souvent les gestes osseux : arthrolyses, tenoplastie, transferts tendineux...

 

Métatarsalgie-7