La répétition des luxations de l'épaule ne permet plus de récupération spontanée des moyens de stabilisation malgré le repos : les déboîtements surviennent avec des efforts de moins en moins importants. Une intervention chirurgicale est alors nécessaire pour améliorer les moyens de stabilisation et permettre de renforcer les muscles.

 

En quoi consiste l'intervention ?

Dans certains cas, la réinsertion sous arthroscopie n'est pas ou plus possible :

  • Fracture, arrachement du bourrelet

  • Disparition de toute trace du bourrelet

  • Sports ou activités à risque

L'intervention consiste à mettre en place une butée osseuse en regard de la zone de luxation, remplacement de la fracture ou des moyens de stabilisation.

 

Quelles cicatrices ?

Une incision verticale antérieure de 5 à 6 centimètres permet un accès sur la face antérieure de l'articulation. La cicatrice peut être très discrète.

 

Quelle est la durée de l'intervention ?

En moyenne, l'intervention dure 60 minutes, la durée dépendant de l'importance des lésions avant l'intervention.

 

Quel est le type d'anesthésie choisie ?

Il s'agit, le plus souvent, d'une anesthésie générale compte tenu d'une position inconfortable durant l'intervention.

 

L'intervention est-elle douloureuse ?

L'injection direct ou par un cathéter d'analgésiant au contact du plexus, maintenue le temps de l'hospitalisation, permet de soulager la transmission de la douleur liée aux réactions inflammatoires post-opératoires. Les douleurs sont, ensuite, soulagées par des antalgiques de grade I (paracétamol) ou II (codéine ou tramadol...) et anti-inflammatoires.

 

Quelle sera la durée de l'hospitalisation ?

Souvent, l'intervention est réalisée en ambulatoire avec un retour à domicile le jour même. L'hospitalisation peut être prolongée jusqu'au lendemain matin si l'intervention est réalisée durant l'après-midi.

 

Quelles complications à craindre ?

Passés les 2 ou 3 premiers mois, la mobilité est alors récupérée avec une sensation de sécurité oubliée. La proximité des rapports nerveux complique cette intervention. La butée peut ne pas cicatriser.

 

Quelle sera la durée d'arrêt de travail ?

Le premier mois est réservé à la consolidation de la greffe osseuse qui sera protégée par une écharpe. Durant le deuxième mois, le mouvement est autorisé mais prudent : la butée n'est pas encore consolidée, le travail du bras reste encore interdit. Au cours du 3ème mois, les efforts légers peuvent être débutés, avec une croissance régulière dans la progression.

 

Quel sera le coût de l'intervention ?

Le dépassement d'honoraires obéit aux règles habituelles décrites avec cependant, parfois, un maximum de dépassement non couvert par la mutuelle de 120€.

 

Et pour plus de détails