La rééducation de la coiffe des rotateurs


La rééducation

  • Vous devez avoir prévenu votre kinésithérapeute pour la prise en charge à votre domicile environ 5 jours après votre intervention. Il faut vous assurer qu'il puisse vous prendre en charge tous les jours durant les 3 premières semaines, qu'il ne soit pas empêché par une surcharge de travail ou par des absences,
  • Vos rendez-vous :
Kinésithérapeute en cliniquePost-opératoire immédiate :Verticalisation et mobilisation du brasConsignes pour la première semaine
Votre médecin traitantContrôle de la tolérance des traitements prescritsEvaluation de l’état généralContrôle de l’épaule
Votre kinésithérapeuteDès le 5ème jour puis tous les jours durant 3 semaines et tous les 2 jours ensuiteEvaluation hebdomadaire des progrès sur la fiche prévue
Dr Bocquet1er mois avec la fiche d’évaluation quotidienne de la douleur et le compte-rendu du kinésithérapeute2ème mois avec un score fonctionnel DASHEn cas de problème entre les dates prévues
Infirmière à domicileAblation des pansements – des stéristripsSection des fils au ras de la peau

 

  • Votre calendrier
Premier moisAuto-rééducation selon les consignes données par le kinésithérapeute : – Décoaptation par mouvements pendulaires du bras le long du corps – Mobilisation passive avec l’aide de l’autre bras allongé sur un lit – un tapis – Mobilisation des épaules par translation verticale ou antéro-postérieure – Utilisation prudente du bras non opéré pour ne pas induire de souffrance du rachis cervical
Deuxième moisAbandon du coussin d’abduction – Poursuite de la mobilisation passive sur le dos jusqu’à récupération complète des amplitudes – Utilisation prudente de la main libérée dans les gestes quotidiens sans élever le coude au-dessus de la poitrine sans port de charge en évitant tout mouvement répété (clavier – manette de jeu – repassage – aspirateur…) au-delà de 15 minutes
Troisième moisReprise progressive de la conduite de la voiture avec de courts trajets au début – Pas de renforcement avec des poids – Récupération des automatismes : travail actif aidé puis actif – Poursuite de la décontraction des omoplates

 

  • Glace et alcool
    • L'application du froid peut soulager la douleur et réduire le développement de l'inflammation.
      • L'application de glace (sac de petits pois ou poche de gel vendus dans le commerce) s'effectue par périodes de 30 minutes : au-delà, les récepteurs sont plus sensibles,
      • Pour éviter les risques de brûlure, la glace ne doit pas être en contact direct avec la peau : interposez une serviette de toilette.

 

La surveillance

  • Une infirmière viendra à votre domicile le lendemain de votre intervention pour vous aider pour les soins post-opératoires et suivre vos progrès, dans la mesure où vous l'avez programmé.
    • Elle évalue l'importance des douleurs selon les échelles EVA,
    • Elle reviendra éventuellement changer vos pansements,
    • Elle revoit votre alimentation et surtout l'hydratation,
    • Elle vérifie la tolérance de vos médicaments,
    • Elle nous contacte en cas de difficulté.
  • Le pansement et la cicatrice
    • Le pansement stérile a été réalisé au bloc opératoire en fin d'intervention. Il est à conserver tel quel pendant 10 jours, sous réserve de complications,
    • Caractéristiques du pansement :
Pansement Duoderm stérile mis en place avant la sortie à maintenir sans y toucher jusqu’à l’ablation des agrafesGarantie d’un minimum de contamination
Pansement imperméable avec lequel une douche peut être priseUne douche n’est pas un bain…
Surjet cutané avec un fil résorbable utilisé pour fermer la plaieSection des extrémités visibles du fil au ras de la peau au 10ème jour sans essayer d’enlever le fil par une infirmière à domicile après ablation du pansement et des stéristrips
Une fois le pansement enlevé laisser la plaie à l’air en l’absence d’écoulementLa cicatrice est étanche et le contact avec l’air améliore la cicatrice définitive

 

  • Evènements possibles
Infiltration hématique modérée du pansement à partir de la plaieChangement du pansement par une infirmière mise en place d’un pansement Duoderm
Ecoulement de sang autour du pansementPrévenir l’infirmière – mise en place d’un pansement compressif et alcoolisé – renouveler le pansement absorbant Mepilex
Persistance d’un écoulement de sang ou de tout autre aspect Immobiliser le genou en extension – se mettre au repos pied surélevé – continuer les pansements alcoolisés – suspendre la rééducation active Prendre contact avec le secrétariat du Dr Bocquet pour un contrôle de la plaie
Décollement des bords du pansement et perte de l’étanchéitéChangement du pansement par une infirmière – mise en place d’un pansement Duoderm
Ecchymose (gros bleu) diffusant autour du genou vers la cuisse ou le mollet Application de pansements alcoolisés en alternance avec de la glace – mise au repos pied surélevé – supprimer le piétinement à domicile
Augmentation de la température locale sans hyperthermie (augmentation de la température au thermomètre)Phénomène le plus souvent bénin si isolé correspondant à l’élimination de l’oedème du genou

 

  • Lavez régulièrement ses mains pour prévenir les infections
    • Munissez-vous de flacons de solutions hydro-alcooliques (SHA) que vous trouverez en pharmacie ou grandes surfaces et passez-vous régulièrement les mains avec cette solution pour diminuer le portage de microbes,
    • Il est donc très important de se laver les mains très régulièrement pour éviter la propagation.
  • Appelez-nous si :
    • Vous avez une fièvre supérieure à 38 degrés,
    • Votre incision devient rouge, douloureuse et gonflée, ou si une odeur particulière s'en dégage,
    • Votre incision se désunit et saigne,
    • Vos médicaments ne soulagent pas la douleur,
    • Vous avez des effets secondaires tels que la nausée, l'éruption cutanée ou des démangeaisons,
    • Vous êtes tombé(e),
    • Si vous avez une douleur au mollet ou des problèmes respiratoires ou essoufflement.
  • En fonction de l'heure ou de l'urgence au :
Secrétariat du Dr Bocquet03 21 24 33 91
Service ambulatoire de la clinique03 21 60 22 10
Service d’accueil permanent03 21 15 44 40
Accueil de la clinique0 826 30 20 10
Centre 1515
Votre médecin

 

De J1 à J10

  • Poursuite du traitement antalgique systématique,
  • Auto-rééducation contrôlée par le Coach,
    • mobilisation répétée, toutes les deux deux heures, des épaules selon les consignes du kinésithérapeute,
    • maintient systématique du coussin d'abduction en permanence, nuit et jour : la pointe du coussin doit être calée le plus haut possible dans l'aisselle, l'épaule doit être abaissée,
    • les épaules doivent être au même niveau.
  • Rééducation en cabinet de préférence à partir de J5 : tous les jours durant les 3 premières semaines puis tous les 2 jours. Suivre les consignes suivantes :
    1. Organiser les rendez-vous pour que ces derniers coïncident avec la prise d'antalgiques : une heure de délai entre la prise d'antalgiques et l'heure du rendez-vous,
    2. Massage décontractant et physiothérapie,
    3. Décoaptation du membre supérieur par mouvements pendulaires,
    4. Allongé sur le dos : mobilisation en flexion passive douce et progressive en suspendant le mouvement avec la perception de douleur.
  • Se coucher en position semi-assise avec un coussin de canapé dans le dos incliné à 45° : un oreiller derrière le coude,
  • Evaluation régulière de l'évolution
    • auto-évaluation quotidienne de la douleur sur le tableur : fiche n°9,
    • évaluation hebdomadaire par le kinésithérapeute sur la fiche n°1.1.
– En cas d’inquiétude voir avec le Coach – le site internet- En cas de douleur non soulagée par le traitement appeler le secrétariat du Dr Bocquet du lundi au vendredi de 8h à 18h30 au 03 21 24 33 91.

 

J10 à J30

 

Consignes pour la vie de tous les jours
Maintien tous les jours du coussin d’abduction selon les consignes – ablation possible bras pendant pour s’habiller – prendre une douche – se laver
Utilisation prudente de l’autre bras pour ne pas aggraver le déséquilibre entre les deux bras – source de contracture et de douleurs du rachis cervical
Pas de conduite en voiture mais pas de problème dans la position de passager avec le coussin

 

Traitement antalgique allégé à partir de J10
Dafalgan simple : 1g 3 fois par jour jusque J15 – après J15 antalgiques (paracétamol) à la demande
Lumirelax 500mg : 2 comprimés 2 fois par jour jusque J15
Arrêt du Cartrex et Inexium (depuis J7) : évaluation quotidienne de la douleur durant le premier mois (fiche n°9) – évaluation hebdomadaire par le kinésithérapeute (fiche n°1.1)

 

Rééducation en cabinet de préférence
1 – Tous les jours durant les 3 premières semaines puis tous les 2 jours mais pas moins
2 – Organiser les rendez-vous pour que ces derniers coïncident avec la prise d’antalgiques : une heure de délai entre la prise d’antalgique et l’heure du rendez-vous
3 – Massage décontractant et physiothérapie
4 – Décoaptation du membre supérieur par mouvements pendulaires
5 – Allongé(e) sur le dos : mobilisation en flexion passive douce et progressive en suspendant le mouvement avant la perception de la douleur
6 – Travail actif en position assise des omoplates en élévation – abaissement – translation arrière et avant

 

Auto-rééducation complémentaire
Mobilisation répétée toutes les 2 heures des épaules selon les consignes du kinésithérapeute
Maintient systématique du coussin d’abdcution en permanence nuit et jour : la pointe du coussin doit être câlée le plus haut possible dans l’aisselle – l’épaule doit être abaissée
Se coucher en position semi-assise avec un coussin de canapé dans le dos incliné à 45° : un oreiller derrière le coude
Les épaules doivent être au même niveau : contrôlez-vous régulièrement devant un miroir

 

J30 à J60

 

  • Consultation de contrôle avec le Dr Bocquet,
    • A la fin du premier mois avec :
      • l'évolution hebdomadaire du kinésithérapeute,
      • l'évaluation quotidienne de la douleur que vous avez remplie.
    • A la fin du deuxième mois avec :
      • un score fonctionnel de DASH.
  • Consignes pour la vie de tous les jours,
    • Abandon du coussin d'abduction en l'absence de douleur,
    • Utilisation prudente du bras en évitant :
      • toute élévation du coude au-dessus de la poitrine,
      • tout port de charge au-dessus d'un kilo,
      • tout mouvement répété du bras au-dessus ou en-dessous des épaules (repassage, aspirateur, bricolage, clavier d'ordinateur...),
      • toujours pas de conduite de la voiture à ce stade.
  • Traitement : aucun traitement n'est théoriquement nécessaire à ce stade. Dans le cas contraire, reprenez contact avec le secrétariat du Dr Bocquet,
  • Rééducation avec le kinésithérapeute selon les mêmes consignes, toujours en cabinet, tous les 2 jours au minimum,
    • Massage décontractant et physiothérapie,
    • Mobilisation,
      • décoaptation du membre supérieur par mouvements pendulaires,
      • allongé(e) sur le dos : mobilisation en flexion passive douce et progressive en suspendant le mouvement avant la perception de la douleur,
      • travail actif, en position assise, des omoplates en élévation, abaissement, translation arrière et avant,
      • mise en route des exercices avec la barre.
    • Aucune tentative de renforcement musculaire,
    • La rééducation ne doit pas être douloureuse,
      • la perception de tension dans la mobilisation peut être possible mais elle doit régresser totalement dès l'arrêt du mouvement,
      • aucune douleur ne doit être perçue à la sortie du cabinet.