Anatomie et lésion des ligaments croisés


Anatomie du ligament, son rôle

Le ligament croisé antéro-externe est un ligament intra-articulaire, tendu au centre du genou entre le tibia et le fémur. Il est croisé avec le ligament postérieur et assure la stabilité du genou sur une rotation du corps, pied bloqué au sol.
Ce ligament est responsable, en grande partie, de la stabilité du genou lors de la rotation du corps sur un pied fixé. Lors de cette torsion, le ligament, mis sous tension, résiste et stabilise le genou.
À ce stade, il agit comme un bouton électrique qui envoie des impulsions vers les muscles qui, en se contractant, prendront le relais dans la résistance contre la torsion du genou.
Cependant, si ce relais n'est pas assuré, la torsion provoquera une déchirure croissante des fibres puis la rupture du ligament et la luxation du genou.

 

Lésions du ligament croisé antérieur

Accident et lésions

L'accident survient le plus souvent sur une rotation forcée, pied bloqué au sol. L'entorse est rarement douloureuse et il est même parfois possible de reprendre normalement les activités sportives en cours, méconnaissant l'importance du traumatisme. Mais, parfois, elle peut s'accompagner d'une instabilité immédiate apparaissant à chaque tentative de reprise d'appui.
Le plus souvent les difficultés apparaissent secondairement avec :
  • l'apparition d'un oedème sur une entorse associée des ligaments périphériques
  • Un épanchement qui se constitue progressivement dans les premières heures à partir d'un petit vaisseau rompu avec le ligament et qui remplit progressivement le genou.
En fonction de la gravité de l'entorse, la rupture du ligament peut rester isolée ou associée avec un arrachement des ligaments latéraux, une déchirure des ménisques, une contusion osseuse voire une fracture du cartilage.  Le diagnostic de gravité des lésions est possible dans les premières heures qui suivent l'accident. Ensuite, la douleur et la contracture réflexe gênent l'appréciation des lésions. Le ligament croisé, une fois rompu, ne peut être ni suturé, ni réinséré, sauf en cas de fracture-arrachement associé : les fibres se rétractent. Une fois rompu, il ne peut être réparé mais seulement remplacé.

 

Les conséquences

La rupture du ligament croisé autorise la luxation du condyle en arrière du tibia en cas de torsion du corps sur un pied bloqué. Cette torsion, normalement contrôlée par la contraction des muscles de la cuisse, force sur les structures qui s'y opposent encore :
  • les ménisques
  • les ligaments périphériques
La multiplication de ces mouvements anormaux sera responsable progressivement de :
  • déchirure du ménisque
  • détente des ligaments latéraux
  • lésions du cartilage
La fréquence des épisodes d'instabilité augmente le risque de complication. Une activité sédentaire représente un risque faible, les activités sportives en pivot ou en contact, un risque important.